Manifeste des 5 millions

5 millions. C’est 5 millions de personnes qu’elle ignore.

En les ignorant, elle les met en danger. Parce qu’elle ne leur garantit pas l’accès à un produit de qualité contrôlée, elle les laisse entre les mains des organisations criminelles qui profitent du marché noir, dont on a peine à imaginer qu’il soit le meilleur protecteur.

Elle punit sévèrement tous ceux qui veulent s’y soustraire en cultivant cette plante, même ceux et celles qui pour cause de maladies cultivent pour se soulager et se soigner

Elle, c’est la France.

Si elle avait les yeux de Marianne, elle regarderait dans une direction opposée à celle des Français, tout en évitant de voir ce qui se passe ailleurs, là où des réformes sont engagées y compris pour des raisons thérapeutiques.

Paradoxalement, tout le monde constate aujourd’hui l’inefficacité de la loi de 1970. Mais aucun décideur ne veut bouger. Enfin si, mais pour mettre à l’amende et renforcer la répression des consommateurs en punissant l’usage public. Mais quid de l’usage médical ? De l’autoculture ? Quid de l’immense majorité des consommateurs qui ne posent pas de problèmes et en ont un usage responsable ? A quand une vraie dépénalisation ? Un accès légal à un produit moins nocif que l’on veut s’en convaincre ?

La France est aujourd’hui un des seuls pays d’Europe à ne pas avoir un accès au cannabis thérapeutique. Les malades continuent à souffrir, ou se cachent pour se soigner. Les parents d’enfants épileptiques se ravitaillent à l’étranger, et s’échangent des conseils sur Internet, souvent sans supervision de leur médecin qui n’a jamais entendu parler du cannabidiol. Et ce n’est que le sommet de l’iceberg.

Les autres pays n’ont jamais autant avancé, la France, elle, reste bloquée.

Par ces marches et cette Cannaparade, nous représenterons avec vous ces 5 millions de personnes qui consomment toutes le même produit pour défiler avec ces mots d’ordre :

Dépénalisation, auto-culture, cannabis thérapeutique, régulation du marché.